* Ostéopathes D.O. diplômés de l’Ecole supérieure d’ostéopathie de Paris, formation en 6ans.

Pendant les 9 mois de la grossesse à l’accouchement vous subissez des changements physiques considérables : la colonne vertébrale qui a tendance à se cambrer, le bassin, le sacrum et le coccyx dont la malposition peut rendre l’accouchement difficile ou douloureux. Tous ces changements peuvent affecter le bon déroulement de votre grossesse et de votre accouchement.

Grâce à une connaissance approfondie de la physiologie, de l’anatomie et de la pathologie humaine (validée par 6 années d’études après le bac) votre ostéopathe saura vous aider à maintenir votre équilibre et traiter vos dysfonctionnements

Quand consulter un ostéopathe ?

    • Avant la grossesse :
      Pour préparer au mieux l’organisme de la future maman aux changements qu’il va subir pendant les 9 mois.
      Si des douleurs sont déjà présentes, il est important de se faire traiter afin d’éviter que ces douleurs augmentent pendant la grossesse.
      Pour les femmes qui ont des difficultés de conception, d’infertilité fonctionnelle ou idiopathique. L’ostéopathie est une solution à envisager : une bonne mobilité des os du bassin et du rachis lombaire est indispensable pour une bonne fonction viscérale (utérus, ovaires, trompes…) et met toutes les chances de votre côté pour une bonne conception.

    • Pendant la grossesse :
      La grossesse impose un bouleversement corporel important. La femme enceinte va subir des modifications physiologiques et mécaniques, pouvant entraîner des troubles fonctionnels tel que mal de dos, douleurs aux coccyx, cruralgies, sciatiques, nausées, vomissements, reflux, troubles du sommeil, douleur du pubis).
      En fin de grossesse il sera alors important de préparer le bassin maternel à l’accouchement.
      En effet le déroulement de l'accouchement sera fonction:

      • De la position du fœtus, elle même dépendante de la mobilité de l’utérus. Plus l’utérus et libre et mobile plus le bébé peut effectuer sa rotation librement et se positionner la tête en bas.
      • De la bonne mobilité du bassin qui devra s’ouvrir pour laisser passer le bébé.
      • De la bonne décontraction des muscles du périnée véritables rails de cheminement de la tête du bébé, du diaphragme muscle important lors de la poussée et du rachis dorsal.
    • Après l’accouchement :
      Une consultation post-natale doit être envisagée pour rééquilibrer certaines structures perturbées lors de l’accouchement (périnée, bassin, coccyx…..). D’autres troubles tels que les douleurs lors des activités sexuelles, les incontinences urinaires et anales et les lombalgies peuvent également faire leur apparition.
      . Il est préférable de faire cette consultation avant la rééducation périnéale ou abdominale, pour que le kinésithérapeute ou la sage femme puisse travailler sur un bassin équilibré.

Combien de consultations sont nécessaires ?
Le nombre de visites à faire chez votre ostéopathe pendant la grossesse est variable, tout dépend de vos douleurs.
En règle générale, il est conseillé de faire :

  • Une séance juste avant la conception ou au 3e mois de grossesse.
  • Une séance vers le 6e mois (ou avant si douleurs) : Afin de vérifier que toutes les structures sont mobiles, pour traiter les douleurs éventuelles, et pour permettre au bébé de se développer dans un environnement optimal.
  • Une séance en fin de grossesse, vers la fin du 8e mois : pour préparer le bassin à l’accouchement.
  • Une séance post accouchement

! L'ostéopathie ne dispense en aucun cas du suivi obstétrique conventionnel chez le gynécologue, la sage femme ou le médecin généraliste mais représente un réel complément dans la prise en charge du confort et de la santé de la future maman et du bébé.

Le suivi réalisé en ostéopathie ne remplace ni le pédiatre ni le médecin traitant ou tout autre spécialiste dont votre enfant aurait besoin.

Souvent les nouveaux nés naissent avec la tête un peu déformée, un œil plus fermé que l’autre, une oreille plus en avant que l’autre, le nez un peu écrasé, une rotation de tête préférentielle…Il n'y a rien d'inquiétant à cela, mais on peut facilement comprendre les contraintes subies par votre bébé.
Lors de l’accouchement des tractions et des pressions s'exercent sur le crâne et l'organisme de votre enfant. La durée du travail, l'utilisation de forceps, de ventouses ou de spatules sont autant de facteurs représentants des contraintes physiques pour le nourrisson.

Principaux motifs de consultations en ostéopathie pédiatrique :

    • Un bébé qui tourne la tête toujours du même coté (torticolis congénital).
    • strabisme
    • Si votre bébé est né prématurément
    • Des difficultés à s’alimenter.
    • Défaut de succions, difficulté à téter.
    • Un bébé qui suce son pouce ou ses doigts de manière asymétrique.
    • Un bébé avec un crane déformé ( plagiocéphalie postérieure d'origine positionnelle ou une asymétrie du corps).
    • Un bébé qui porte toujours le même pied à sa bouche.
    • Régurgitations :(RGO – reflux gastro-oesophagien) non liées à une allergie aux protéines de lait, vomissements.
    • Certaines rhinites, otites et bronchites…
    • Coliques du nourrisson, encoprésie.

Cette liste n'est pas exhaustive : apprenez à observer votre bébé s'il se tourne toujours du même coté ou s'il cherche à se cambrer.
Le traitement effectué tout en douceur sur le bébé recherche à équilibrer les tensions.
L'interrogatoire  prend une part très important de la consultation, ayez avec vous votre dernière échographie de grossesse et le carnet de santé de votre enfant, et les examens complémentaires (radiographies, scanner, etc.) s'ils lui ont été prescrits
Penser à prévoir un biberon si vous ne l'allaitez pas, son doudou ou tétine.



Chacune des activités de votre enfant peut perturber son équilibre général. Le poids du cartable, une mauvaise posture à son bureau, un traumatisme au sport… sont autant de dysfonctionnements qui peuvent l’affecter durablement.

Par exemple un doigt dans la bouche, la pose d’un appareil dentaire peuvent entrainer un déséquilibre de la fonction crânienne. Peuvent surgir alors des maux de tête, irritabilité, des troubles du sommeil ou de concentration.



Motifs de consultations les plus fréquents :

  • sommeil perturbé
  • séquelles de fracture
  • trouble du développement psychomoteur
  • scoliose, lordose ou cyphose détectée à la visite médicale
  • mauvais positionnement du corps
  • difficulté de concentration à l’école
  • port d’un appareil dentaire
  • maux de tête, de dos
  • après la succion du pouce
  • après une entorse, des déchirures ligamentaires, une intervention chirurgicale
  • affections O.R.L. à répétition
  • excitation, colère, énervement
  • digestion perturbée, constipation
  • chez les jeunes filles : douleurs lors des règles ou cycles irréguliers

Ostéopathie et orthodontie : à l’heure actuelle, on pose de plus en plus d’appareils dentaires et de nombreux orthodontistes travaillent en collaboration avec les ostéopathes pour la réussite du traitement et pour le confort de l’enfant.

Quand nous consulter :

    • Pour faire un bilan ostéopathique annuel
    • Dés les premiers pas
    • Avant le démarrage d’une activité sportive
    • En suivi d’une activité sportive intensive
    • A chaque rentrée scolaire

L’ostéopathe peut être consulté à titre préventif, même s’il n’y a pas de douleurs, une à deux fois par an pour un bilan.

En cas de douleur installée, l’ostéopathe cherche à identifier et corriger l’origine des troubles, par des techniques douces et adaptées, il aide à soulager la douleur et permet d’éviter la chronicité.

Chez l’adulte, le grand motif de consultation est le mal de dos. Ce mal de dos a souvent diverses origines, que le patient ne soupçonne pas (viscérales, crâniennes, périphériques, etc.). Dans tous les cas, l'ostéopathe traite l'aspect mécanique de ces douleurs en restaurant la mobilité des articulations et des structures environnantes.

Mais il n’y a pas que le mal de dos. Migraines, stress, troubles du cycle menstruel et de la fertilité, (…), sont autant de symptômes qui peuvent amener à consulter un ostéopathe.

how much does cialis cost yahoo does viagra look like cialis for sale online canada drug center pharmacy buy viagra 100mg online

Motifs de consultations les plus fréquents :

  • Rachis:
    Lumbagos, sciatiques, torticolis, pubalgies, cervicalgies, dorsalgies, lombalgies, costalgies, douleurs coccygiennes, névralgies cervico-brachiales, névralgies d’Arnold…
  • Membres:
    Entorses, tendinopathies, douleurs articulaires, et toutes douleurs à la suite d'un traumatisme important (sportif, accident de la circulation…), cruralgies…
  • Troubles circulatoires:
    Migraines, troubles circulatoires des membres inférieurs et supérieurs, congestions veineuses, hémorroïdes…
  • Troubles digestifs:
    Acidité gastrique, hernie hiatale, ballonnements, troubles digestifs, constipation, diarrhée, colite spasmodique, colopathie fonctionnelle..
  • Troubles gynéco-urinaires:
    Douleurs menstruelles, recherche de fertilité, incontinence, troubles de la ménopause, douleurs fonctionnelles du petit bassin, douleurs lors des rapports sexuelles…
  • Etats psychologiques:
    Stress, angoisse, anxiété, états dépressifs, spasmophilie, irritabilité, oppression, troubles du sommeil…
  • Pathologies ORL:
    Rhinites, sinusites chroniques, pathologies asthmatiformes, certaines névralgies faciales…
  • Pathologies occlusales : douleurs, sensation de craquement…

Sportif amateur ou de haut niveau votre corps est soumis à des contraintes biomécaniques importantes, source de dérangements articulaires, de traumatismes, d'entorses, de tendinites, et parfois même de fractures voir de chirurgie.

 Lors de votre activité sportive des gênes ou des douleurs peuvent apparaître empêchant plaisir et / ou performance.
Une analyse, une correction et une amélioration de votre gestuelle, de votre posture et de votre équipement permettent d'optimiser vos performances physiques.


Motifs de consultations les plus fréquents :

    • Tendinites
    • Séquelles d’entorses
    • Entorses à répétition
    • Suites d'interventions chirurgicales
    • Suites de fractures, luxations, ruptures ligamentaires
    • Pubalgies
    • Sensation de blocage ou de gêne limitant votre gestuelle
    • Toutes douleurs lors de votre activité sportive
    • Constipation
    • Maux de tête et vertiges
    • Essoufflement à l’effort
    • Récupération difficile entre et après les épreuves
    • Lumbago
    • Avant de démarrer une activité sportive ou une nouvelle saison
    • Pour préparer une épreuve sportive et potentialiser vos performances


Lors d'un traumatisme, l’efficacité du traitement ostéopathique permet d'enrayer le processus d'aggravation et permet donc une récupération plus rapide de vos performances.

Au fil des années, les ligaments perdent de leur élasticité, les cartilages s’usent et s’amincissent, l'arthrose s'installe. Cette évolution naturelle peut occasionner des difficultés motrices pendant la marche ou tout autre activité. Plus de confort malgré les années c’est possible.

Après s’être assuré que les troubles relèvent bien de sa compétence, l’ostéopathe procède à un examen palpatoire specifique et minutieux du corps dans sa globalité (squelette, viscère et muscle). Il décèle, diagnostique et traite vos dysfonctions, sans jamais forcer le jeu normal de vos articulations. Son toucher adroit perçoit vos réactions articulaires, détecte vos éventuelles tensions et restaure votre mobilité perdue. Avant d’envisager une intervention chirurgicale et pour limiter la consommation d’anti-inflammatoires ou d’antalgiques, le traitement ostéopathique peut vous aider à retrouver un certain confort.

Motifs de consultations les plus fréquents :

  • Douleur vertébrale, cervicales, dorsales, lombaires et coccygiennes.
  • Engourdissement des membres
  • Sciatiques névralgies
  • Maux de tête, vertiges
  • Difficulté de locomotion
  • Douleur articulaire (genou, hanche, poignet, épaule)
  • Douleur plantaire
  • Troubles du sommeil
  • Troubles digestif

Quand nous consulter :

    • Pour faire un bilan ostéopathique
    • Avant de commencer ou reprendre une activité sportive
    • En complément d’une cure

Que se passe-t-il lors d’un accident avec choc arrière ?
Le conducteur et les passagers sont maintenus par leur ceinture de sécurité qui croise le thorax au niveau du sternum et fixe les deux os latéraux du bassin sur le siège. Lors du choc, des pressions vont s’exercer sur ces zones (« syndrome de la ceinture de sécurité »). La tête part violemment en avant, entraînant dans son mouvement toute la colonne vertébrale et le sacrum. Le corps est ainsi soumis à une importante force d’inertie qui dépasse ses capacités d’absorption, provoquant symptômes et douleurs (parfois à retardement).
Névralgies, cervicalgies, sciatiques, lombalgies, maux de tête, insomnies… sont peut être les séquelles tardives d’un ancien accident de voiture. Même si aucune lésion n’est visible aux examens radiologiques, même si le “coup du lapin” a été modéré, l’onde de choc reste « inscrite » dans le corps et occasionne troubles et douleurs.

Crâne et bassin sont liés anatomiquement
La dure-mère, membrane méningée qui tapisse la boîte crânienne, se prolonge comme un tube dans la colonne vertébrale et s’attache solidement sur le sacrum tout en bas.
C’est à cause de ce rapport anatomique particulier qu’un choc sur le sacrum peut entraîner des problèmes crâniens à distance. De même un choc sur la tête peut provoquer des douleurs lombaires. Ce lien dure-mérien est spécifiquement travaillé par l’ostéopathe.

Quand consulter ?

  • Après tout type d’accident.
  • Même en l’absence de signes radiologiques “objectifs”, l’émotion a pu suffire à bloquer la respiration, gêner le fonctionnement du diaphragme thoracique et entraîner des compensations douloureuses.
  • Dans tous les cas où il y a eu traumatisme crânien avec ou sans perte de connaissance (après consultation en service spécialisé).
  • Dans les cas de douleurs vertébrales, cervicales, dorsales ou lombaires.
  • En cas de troubles de la vue, de l’audition, de l’olfaction, insomnies, vertiges.

Et dans tous les cas où la pression de la ceinture ou du volant a pu provoquer :

    • des gênes et des douleurs respiratoires (la personne ne peut plus respirer  » à fond « )
    • des sensations d’angoisse, d’oppression.
    • des douleurs au niveau du sternum.
    • une fatigabilité, une baisse de « tonus » ou un état dépressif.

! En cas d'un accident précédent l'apparition des douleurs, on vous recommande de réaliser des examens complémentaires en accord avec votre médecin traitant avant de venir nous voir.